Accueil / Sauvetage du 11 février 2015 : Laskar et Tomy, chiens de Roumanie

Mercredi 11 février 2015, il est 6h30 du matin, yoyo et moi (Laurence, secrétaire de la LISA) prenons la route, direction l’aéroport Roissy Charles De Gaulle.

9 h 00 : nous y sommes. A cet instant précis, l’avion ne devrait pas tarder à atterrir. L’émotion commence à me nouer la gorge…

9h 10 : ça y est ! Nous sommes devant le terminal, les passagers commencent à sortir. Nous savons que Laskar et Tomy seront débarqués en dernier des soutes de l’avion, qui les extirpés de leur pays de naissance. Pays qui les considèrent comme des parias : ils sont classés nuisibles ! Nous sommes quatre associations de tout le nord de la France à attendre patiemment. Nous faisons connaissance et découvrons l’histoire parfois horrible des autres chiens accueillis par nos « collègues ». Une petite chienne est handicapée du train avant, il ne lui reste plus qu’un petit bout de patte ! Elle sera appareillée par l’association Cani-Nursing de Dunkerque et attendra qu’une famille veuille bien l’adopter malgré son handicap. Sur les trois chiens recueillis par notre association, seuls Laskar et Tomy sont rapatriés ce jour. En effet, la pension qui accueille les chiens en transit avant le départ pour la France, a connu un violent incendie il y a une quinzaine de jours. Cet incendie a tué une trentaine de chiens. Bruno, la chiot que nous prendrons en charge prochainement, a été gravement intoxiqué. Trop faible pour voyager, son arrivée a été retardée de quelques semaines.

10h : l’hôtesse Air France, qui ramène et accompagne bénévolement les animaux en provenance de Bucarest, est là derrière les portes automatiques...Elle nous fait signe : elle va chercher les chiens ! L’émotion est palpable, en tout cas la mienne !! Par pudeur, je retiens l’émotion qui me serre la gorge et embue mes yeux. Quelques minutes s’écoulent et enfin, nous apercevons les cages de transport. Savoir les chiens à l’intérieur m’émeut et me noue la gorge d’autant plus. Ça y est, il ont passé le portique, nous pouvons découvrir nos petits protégés. Ils sont au nombre de 8 ou 9, calmes presque résignés. Nous faisons le tour des cages à la recherche de nos loulous. Je les identifie rapidement, grâce aux photos et à leurs signes particuliers. Laskar a été brûlé à l’acide…J’apprendrai plus tard dans la journée, par notre vétérinaire, qu’il a une éléphantiasis. Sa peau gardera cet aspect peau d’éléphant, ses poils ne repousseront jamais. Si on touche les plaies on sent encore la chaleur qui lui a brûlé la peau. Ce qui me marque chez ce chien, c’est que malgré tout ce que l’Homme lui a fait enduré, il remue la queue, en signe de bienveillance et de reconnaissance, content de nous rencontrer. Comme si son sixième sens lui indiquait qu’il pouvait nous faire confiance. Il est en sécurité désormais, et il le sait ! Tomy est très calme et patient, en attendant son transfert dans le vari kennel de la LISA. Puis perturbé par le transfert et quittant son compagnon de voyage, il pleure un peu ! Quoi de plus normal. Tomy est un vieux pépère, âgé de 11 ans environ, il est presque aveugle et sourd.

Deux personnes, intriguées par ce drôle de remue-ménage, oseront questionner et s’intéresser à l’histoire touchante de ces chiens de Roumanie. Après la remise des carnets de santé, nous devons quitter rapidement le terminal. Certains chiens commencent à aboyer, l’un deux lève la patte…Il ne faut pas déranger la quiétude des voyageurs et des badauds !

10h 45 : Nous sommes dans la voiture, nous ramenons nos nouveaux pensionnaires dans les Ardennes. Je profite d’être passagère pour écrire quelques textos, et passer quelques appels importants (Famille D’accueil, Sabrina notre présidente qui prendra un rendez-vous chez le vétérinaire ce jour même). J’informe Corinne de l’association Mukitza, qui nous a sollicités pour venir en aide à ces pauvres bêtes, de la prise en charge de Laskar et Tomy et l’informer que tout s’est bien passé. Sur la route, Tomy se révèle un peu plus stressé que Laskar, il pleure, gémit et aboie par moment. Ma voix le rassure (enfin je suppose qu’il entend encore un peu) mais ce n’est pas suffisant. Nous nous arrêtons sur une aire de repos et couvrons sa cage d’une couverture pour le rassurer et qu’il se sente en sécurité. Ca fonctionne, il est plus apaisé, et se repose calmement tout au long du reste du trajet.

13H30 : Nous avons bien roulé. Ça y est les Ardennes, Terre d’Asile, accueillent ces deux pauvres chiens qui n’ont connus que misères, galères, souffrances et indifférences… jusqu’à ce que des associations telle que Mukitza leur vienne en aide et les sortent de cet enfer ! Le temps d’un repas sur le pouce, un petit café et nous voilà chez notre vétérinaire. Il est 14h 15. Après de maintes précautions (vérification de la laisse et du collier bien serré, sortie sous haute surveillance des cages de transport), nous leur laissons le loisir pendant quelques minutes de se dégourdir les pattes et de faire leurs besoins (cependant Tomy préférera, et de loin, faire dans le cabinet de Jean-Marie, notre vétérinaire). Puis nous rentrons dans la salle d’attente. Nous n’attendrons pas très longtemps… Laskar se laisse guider dans la salle d’examen, Tomy freine des 4 fers, il nous faut le porter et le rassurer… Les chiens vont aussi bien qu’il est possible d’aller. L’examen clinique de Laskar et Tomy est bon. L’atmosphère est détendue, les chiens sont d’une patience et d’un calme à toute épreuve, malgré leur crainte que l’on peut ressentir aisément. La secrétaire nous prépare les papiers pour qu’ils aient officiellement une identification française qui sera définitive après en avoir informée la centrale canine. Il est maintenant temps pour Laskar de retrouver ses compagnons d’infortune au terrain (sa famille d’accueil ne pourra le prendre en charge que demain matin) mais le boxe est probablement un quatre étoiles comparé à tout ce qu’il a pu connaître Il ne paraît d’ailleurs pas perturbé du tout, et prend rapidement ses marques. Quant à Tomy, direction sa famille d’accueil. Enfin, 16 h30 nous y sommes, c’est la fin d’un long voyage pour Tomy qui va pouvoir faire connaissance avec les autres pensionnaires de sa famille d’accueil (ainsi l’on saura très rapidement que Tomy n’a pas vraiment d’affinités avec les chats). Il va pouvoir se poser et se reposer après ce voyage de plusieurs milliers de kilomètres. Laskar a rejoint comme prévu sa famille d’accueil le jeudi 12 février. Ils vont bien tous les deux…

Si certains ne comprennent pas notre démarche et se demandent pourquoi aller chercher des chiens de Roumanie alors qu’il y a déjà tant à faire ici en France et même dans les Ardennes ? La réponse s’explique en quelques mots : Parce que la souffrance est universelle et parce que la LISA ne connaît aucune frontière lorsqu’il s’agit de réparer des cœurs blessés ou des corps brisés d’animaux délaissés…
Entre associations, l’entraide est de mise et ainsi nous réalisons ensemble de petits miracles. Des petits pas pour la protection animale, qui deviennent de grands pas pour le bien des sans-voix et des sans- colliers dont nous nous faisons les porte-paroles et les ambassadeurs…
Appel aux familles d’accueil et aux adoptants : Nous recherchons toujours des adoptants pour Laskar, Tomy et Bruno. A défaut d’adoptants, nous aurions besoin d’une famille d’accueil, très disponible, pour Tomy qui a besoin de temps pour s’adapter à sa nouvelle vie française de chien de « salon » ! Nous recherchons également une famille d’accueil pour Bruno, ce chiot âgé d’environ 5 mois intoxiqué dans un incendie, et qui arrivera dans les semaines à venir. Date encore indéfinie… Par avance merci pour votre aide et votre soutien.

Retour en images sur une journée riche en d'émotion, c'est par ici !